Logo CVIM

Libérez vos potentiels !



Rachelle LEGEARD

Vous êtes ici : Accueil > Équipe pluridisciplinaire > Rachelle LEGEARD

A partir du 7 janvier 2020, le CVIM propose un accompagnement par Rachelle Legeard, psychomotricienne relationnelle.

Ce professionnel exerce dans les pôles Besoins spécifiques et Intelligences Multiples (intelligence kinesthésique).

Ce professionnel exerce dans les pôles Besoins spécifiques, Intelligences Multiples (intelligence kinesthésique - intelligence intra et  inter-personnelle  - intelligence existentielle) et Professionnel. 

Pour qui ?

  • Enfants (âge préscolaire et scolaire)
  • Préadolescents
  • Adolescents
  • Adultes, Personnes âgées

Pourquoi/pour quoi ? 

La psychomotricité est spécialisée dans la prise en charge de bénéficiaires présentant une dysharmonie des fonctions motrices (tant globales que fines), sensorielles, cognitives, comportementales, symboliques, émotionnelles, affectives et relationnelles.

De manière générale, le soin psychomoteur vise à :

  • Restaurer l’interrelation des fonctions motrices (tant globales que fines), cognitives, symboliques, émotionnelles, affectives et relationnelles ;
  • Harmoniser le lien entre la psyché, le somatique et le corps ;
  • Se (re)connecter et se (ré)approprier sa relation au corps ;
  • Augmenter la conscience de son schéma corporel et de l’image du corps ;
  • Développer une attitude réflexive d'écoute de soi ;
  • Apprendre à vivre en conscience et à devenir authentique dans sa relation à soi, à l’Autre et à son environnement ;
  • Instaurer ou respecter ses propres limites et considérer celles de l’Autre et de son environnement ;
  • Identifier, développer et s’appuyer sur ses ressources, ses compétences et son potentiel inné ;
  • Accroitre sa sécurité interne ;
  • Renforcer la confiance en soi et l’estime de soi ;
  • Enrichir sa subjectivité, son identité et s’affirmer en tant qu’individu (sujet) ;
  • Dynamiser l’allant, la pulsion de vie : entrain, vivacité, capacité d’action et d’expression, ouverture au monde;
  • Développer sa capacité de résilience ;
  • Soutenir la parentalité.

Plus spécifiquement, la psychomotricité relationnelle tend à :

- Pour l’enfant et le préadolescent :

  • Soutenir et nourrir son développement psychomoteur ;
  • Accompagner sa décharge pulsionnelle et émotionnelle ;
  • Stimuler sa capacité de régulation et d’organisation tonique, émotionnelle et affective ;
  • Enrichir sa sensori-motricité ;
  • Étayer ses moyens de communication et d’expression non verbales permettant de symboliser ses conflits internes et externes ;
  • Apprendre à être à l’écoute de ses propre besoins ;
  • Apaiser ses angoisses archaïques ;
  • Soutenir son sentiment d’unité psychocorporelle ;
  • Enrichir sa relation inter et intra personnelle ;
  • Éveiller sa sensorialité ;

- Pour le préadolescent et l’adolescent :

  • Intégrer ou à se réapproprier certains éléments du schéma corporel ;
  • Enrichir sa perception de l’image du corps ;
  • Susciter l’expressivité corporelle et le mouvement habité ;
  • Relancer le processus créatif et intégratif ;
  • Soutenir le processus de verbalisation, la mise en lien et en mots les explorations
  • psychocorporelles éprouvées en séance, des pensées, des affects, des émotions
  • Répondre au besoin fondamental de se sentir exister et d’avoir le droit d’exister ;
  • Conscientiser et développer son potentiel identitaire et relationnel ;
  • Matérialiser ses désirs, sa source de plaisir ;
  • Augmenter sa capacité de décentration, d’empathie et d’ouverture au monde ;
  • Vivre son hypersensibilité en conscience et trouver la juste distance dans sa relation à soi, aux Autres et à son environnement ;

- Pour l’adolescent et l’adulte :

  • Relancer l’activité proprioceptive propre à nourrir le sentiment d’exister ;
  • Relancer la fonction représentative, imaginaire et affective à partir du corps et du mouvement habité ;
  • Réinvestir son corps dans ses différents éprouvés et restaurer le lien somato-psychique ;
  • Apaiser la sphère cognitive, l’activité intellectuelle au profit d’une détente physique et psychique ;
  • Identifier les processus inconscients ou les mécanismes de défense pour apprendre à les accepter et à les transformer ;
  • Accompagner à donner du sens, à comprendre ses tensions corporelles et ses résistances dans la relation et les circonstances qui ont participé à leur construction ;
  • Recréer l’appétence musculaire, une tonicité plus adaptée et le besoin de se mettre dans une dynamique de liberté de mouvement ;
  • Favoriser la prise de conscience du corps comme source de plaisir ;
  • Entretenir une détente neuromusculaire et un sentiment de calme intérieur ;
  • Libérer la charge émotionnelle ;
  • Apaiser les souffrances, les tensions, les douleurs chroniques liées au stress, à l’anxiété, à la dépression ;
  • Améliorer la qualité de vie ;

Comment ?

La psychomotricité, c’est quoi ?

La psychomotricité est une profession paramédicale. Elle est humaniste et son approche est dynamique de par l’engagement corporel et psychique du psychomotricien dans sa relation avec le bénéficiaire.

Comment ?

Le psychomotricien est à l’écoute des besoins du bénéficiaire. Dans une démarche capacitaire et de respect de la disponibilité et du rythme du bénéficiaire, il propose, il crée diverses médiations psychocorporelles ludiques, personnalisées, régénératrices, intégratives et structurantes qui rassemblent
le psychomotricien et le bénéficiaire autour du plaisir partagé.

Grâce à sa qualité de savoir-être et de savoir-faire, il suscite l’émergence des émotions, des sensations, des sentiments, des ressentis et des affects du bénéficiaire dans le but que celui-ci élève sa conscience sur le fonctionnement de ses propres mouvements internes et externes.

Par ses compétences techniques et relationnelles, le psychomotricien invite le bénéficiaire à laisser émerger ce qui doit l’être, à oser lâcher tout contrôle, à s’abandonner à ce qu’il ressent, à accueillir toutes ses manifestations psychocorporelles, sans les juger ni les refouler. La psychomotricité offre un
espace-temps où le bénéficiaire peut être lui-même, sans masque et en toute authenticité. Celui-ci apprend ainsi à se (re)connaître, à se comprendre et à s’apprivoiser.

Le psychomotricien accompagne ce voyage intérieur et le mène à la verbalisation, à la symbolisation, à l’élaboration psychique et ainsi à des prises de conscience pour que le bénéficiaire trouve en lui le chemin d’une meilleure qualité de vie. Son intention est de réanimer le pouvoir du lien corps-esprit, d’accompagner le bénéficiaire à se (re)construire par le mouvement et la relation, à devenir progressivement un être émergeant, à être acteur de sa vie, responsable et autonome.

En pratique :

  • Première séance : recueil des informations nécessaires pour comprendre l’histoire de vie du bénéficiaire et de son environnement ;
  • Trois séances d’observations cliniques participatives pour déterminer la dynamique psychomotrice du bénéficiaire et analyser sa problématique afin d’établir un projet d’intervention pour répondre adéquatement à ses besoins spécifiques ;
  • Des tests et bilans psychomoteurs sont réalisés sur prescription médicale et/ou en fonction de la demande.

Par Rachelle LEGEARD

  • Psychomotricienne relationnelle
  • Approche psychomotrice relationnelle de type Aucouturier
  • Bachelier en psychomotricité (2019)
  • Médiations psychocorporelles : le jeu libre - la thérapie cognitive par la pleine conscience - la respiration consciente (Rebirth) - la relaxation type Bergès et Jacobson - la relaxation Coréenne - le toucher thérapeutique - la danse thérapie - le théâtre et l’improvisation - l’Art thérapie - la thérapie énergétique (Reiki).